Edgar Cayce Guérison

La guérison selon Edgar Cayce

Auteur : Murielle Larouche
Médium

 

Les fonctions des glandes endocrines

L’œil, le nez, le cerveau lui-même, la trachée, les bronches, les poumons, le foie, la rate, le pancréas ne peuvent jouer leur rôle que grâce au système qui leur permet de se renouveler – c’est-à-dire l’ensemble des fonctions glandulaires. (…)

Glandes endocrines

De là le fait que ce système endocrinien est touché par les activités de l’âme. Et c’est là le don du Créateur à l’Homme. On peut voir facilement combien les glandes endocrines sont étroitement associées au renouvellement des cellules, à la dégénérescence, ou au rajeunissement. Et ceci se fait non seulement à travers les énergies physiques, mais aussi à travers les énergies du corps mental et du corps spirituel. Car les énergies glandulaires sont, pourrait-on dire, les sources à partir desquelles l’âme peut habiter à l’intérieur d’un corps. (Lecture 281-38)

(La pituitaire correspond au mot « cieux » du Notre Père) « Car dans toutes ses activités, elle joue un rôle de déclencheur. »

Car son activité comme les activités des autres centres glandulaires, élevant vers le haut les pensées de l’homme dans sa relation avec Celui que l’Apocalypse donne comme l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. D’où, dans l’homme, la place de la pituitaire, son rôle dans le début et la fin de toutes choses. (Lecture 281-29)

(Explication de Cayce) Le Trône dont il est question dans l’Apocalypse est le symbole de la tête où se trouvent les centres glandulaires importants, et le fleuve d’eau vive (ou de Vie) qui en sort symbolise les sécrétions hormonales de la pituitaire qui vont vivifier le corps tout entier par les autres centres glandulaires.

 

La Source de la guérison

Toute guérison vient de la même source. Et qu’elle se fasse par la diète, ou par les médicaments, ou même par la chirurgie, c’est pareil; il s’agit d’amener à la conscience ces forces qui résident à l’intérieur du corps, et qui sont le reflet de la Force créatrice de Dieu. (Lecture 2696-1)

Les énergies divines - Vitrail de Victor-Loup DENIAU

Les énergies divines
Vitrail de Victor-Loup DENIAU

Aucun traitement médical, quel qu’il soit – par médicaments ou par manipulations mécaniques -, n’est curatif de par lui-même. Les traitements médicaux ne servent simplement qu’à rebrancher, qu’à ajuster, les activités des organes du corps à la Nature, c’est-à-dire aux Sources de la vie de la Nature! Et toute guérison vient de la Vie. Or la Vie, c’est Dieu. La guérison, c’est l’ajustement de ces forces qui se manifestent dans le corps de l’individu. Le corps, le schéma corporel, est un réceptacle de toutes les Forces de l’Univers. (Lecture 2153-6)

(Comment retrouver la santé?) Il s’agit de se mettre à l’unisson avec le Père. Car, tandis que la Loi est Amour, l’Amour est la Loi. Et le healing est en contradiction avec bien des lois faites par l’homme – lois humaines qui sont aussi en contradiction avec les lois de l’Univers -, et la dernière reconquête sera la Mort elle-même. Elle sera vaincue comme Il l’a vaincue. D’où l’ordre donné à Pierre de dire : « En Son Nom cela sera fait, en Son Nom je te donne ce que tu désires. » Car Il est la Loi, Il est la Destinée, Il est l’Amour.

Voilà pourquoi la Conscience de Sa présence doit être à la base de toute guérison. (Lecture 281-3)

Apprenez à vous brancher sur ces Énergies qui ont été faites par Lui, de telle sorte que la guérison tire sa force de Son Énergie (…) Les principes de base, les causes premières, c’est que toute Vie est en Lui et que l’individu ne fait qu’aider celui qui cherche à en prendre conscience intérieurement; car le Royaume est à l’intérieur de nous-même. (Lecture 281-10) … tous reconnaissent la puissance du Christ (Cosmique) agissant dans les énergies de la Nature, de la Vie, dans la matière elle-même. (Lecture 281-8)

 

Les voies de la guérison

Innombrables sont les voies par lesquelles peut passer la guérison : elle peut se faire par le contact individuel; par la foi; par l’imposition des mains; par ce que la volonté crée dans l’esprit (puisqu’il est le constructeur de l’être humain; par un état de conscience qui amène à un contact plus étroit avec les Forces Créatrices de l’Univers (Dieu). Utilise ce que tu as sous la main. (Lecture 281-6)

 

Les dispositions et l'action du guérisseur

Lorsqu’un être humain, avec son corps, a élevé suffisamment ses vibrations, il peut, à l’aide de la parole, éveiller le dynamisme émotionnel de cet autre qui est malade, de façon à revivifier, ressusciter, modifier les énergies tourbillonnaires de la structure atomique du corps physique c’est-à-dire la force vitale de celui-ci. Ainsi, ces énergies sont remises en mouvement.

Corps de lumièreC’est ainsi qu’agit la force spirituelle, ou psi, d’un corps sur un autre corps, lorsqu’on apporte la guérison à un autre individu. À ce moment-là, la personne qui agit comme guérisseur peut faire surgir cette force dans le système hormonal de celle qui est malade – système qui commande les énergies circulatoires, de telle sorte qu’elles pourront trouver en elles-mêmes de quoi revivifier, ou ressusciter le corps malade, en proie au désordre et à la détresse. (Lecture 281-24)

Au fur et à mesure que la personne branche son moi, elle devient capable d’être un canal, si bien qu’elle peut même amener une guérison instantanée grâce à l’imposition des mains. Plus cela se produit souvent, plus s’augmente la puissance ressentie par la personne. (Lecture 281-9)

 

La réceptivité du malade

C’est la coopération, la réponse de l’individu, qu’il faut chercher. Sachez que l’âme entité doit trouver comment concrètement, elle va répondre, pour se mettre elle-même, avec ses facultés, ses désirs, ses espoirs, sur la longueur d’onde de cette conscience universelle. C’est ainsi que se produit la guérison… quelle que soit sa nature (…). Aussi branchez votre corps sur la longueur d’onde qu’il lui faut. (Lecture 2153-6)

Si la personne veut bien s’aider elle-même, en aidant les traitements prescrits, elle s’efforcera de se visualiser comme guérie, et aidée par les traitements en question. Tu dois savoir à quoi sert chaque prescription médicale, et visualiser comment elle agit à l’intérieur de toi. Maintiens ton esprit dans cette attitude de visualisation qui encourage et soutient les énergies continuellement en action dans ton corps, énergies qui sont comme un flot incessant, vois-tu? «  (Lecture 326-1)

 

Préparation du guérisseur

Ouvrir et nettoyer ses centres glandulaires par l’exercice de la respiration, la récitation d’un mantra (AUM ou AREIOM, forme égyptienne ancienne de l’Aum indien) ou la méditation (du Notre Père).

Invocation spirituelle : « Père, tandis que je m’ouvre moi-même aux forces invisibles qui entourent Ton Trône de Grâce, de Beauté et de Puissance, je mets ma personne sous la protection du Christ (Cosmique). »

Exercice de la respiration : « En respirant, aspire de la force par la narine droite. Exhale par la bouche. Cela trois fois. Ensuite, inspire par la narine gauche, exhalant par la droite. Ceci ouvre les centres glandulaires de ton corps. Comme si tu te préparais à recevoir un visiteur, un compagnon, comme si tu te préparais à recevoir ton (ta) fiancé(e). (Lecture 281-28)

Récitation d’un mantra : « Fais monter en toi-même cette incantation Ar-ar-r-r-r-e-e-e-o-o-o-m-m-m- et ainsi tu t’approcheras de la présence de Ton Créateur. (Lecture 282-28)

 

La méditation

MéditationQu’est-ce que la méditation ? C’est chercher à rebrancher son corps mental et son corps physique sur leur source spirituelle. C’est mettre ton physique et ton mental en résonance avec le Créateur, en cherchant à connaître tes relations avec lui. C’est cela, la vraie méditation.  (Lecture 281-41)

La méditation est donc prière. Mais c’est une prière qui vient du moi profond, et ne met pas seulement en jeu l’Homme physique, l’Homme intérieur, mais l’âme qui est ainsi éveillée par l’esprit de l’homme qui médite, au plus profond de lui-même. (Lecture 281-13)

La méditation consiste à vider ton moi de tout ce qui empêche les Forces Créatrices (Dieu) de surgir des profondeurs de ton Moi, et de se propager par vibration le long des méridiens de ton corps physique pour se diversifier à travers ces centres glandulaires qui créent les activités physiques, mentales et spirituelles de l’homme. Et si cette méditation est faite correctement, on doit en sortir plus fort mentalement et spirituellement. (Lecture 281-13)

La prière consiste à brancher son Moi conscient sur les forces spirituelles qui se manifestent dans le monde de la matière. La prière est un effort concerté de la conscience physique pour se mettre sur la même longueur d’onde que le Créateur. Que cela soit fait collectivement ou individuellement. (Lecture 281-15)

À mesure que nous prions et méditons en Lui, cela éveille en autrui la conscience que la guérison peut venir. Car, pour que la guérison se réalise chez une autre personne, il faut faire remonter à l’intérieur de nous-même et s’écouler vers l’extérieur la « Vertu » (force, énergie), laquelle est Connaissance et Intelligence. (Lecture 281-10)

Méditation sur le Notre Père (version égyptienne donnée par Cayce)

Les mots soulignés correspondent aux glandes endocrines à ouvrir.

Notre Père qui es aux Cieux (pituitaire ou hypophyse)

Que ton Nom (pinéale) soit salué

Que ton Royaume (thyroïde) vienne, que ta Volonté (thyroïde) soit faite

Sur la Terre (thymus) comme elle est au Ciel (thyroïde)

Donne-nous pour demain de quoi satisfaire

Les Besoins (gonades) de notre corps.

Pardonne ces Transgressions (surrénales) comme nous

Pardonnons à ceux qui ont commis et qui commettent encore des transgressions contre nous.

Sois notre Guide dans les temps de trouble,

De tempête et de Tentation (Lyden).

Conduis-nous sur les Chemins de la droiture (thymus)

Pour l’amour de ton Nom (pinéale).

-D’après la Lecture 378-44.

 

Le psaume 23 (Le Bon Berger) pour fermer les centres glandulaires

Le Seigneur  (pituitaire) est mon Berger (pinéale)

Je ne manque de rien (thyroïde)

Sur des verts pâturages (gonades) il me fait reposer

Près des Eaux du repos (Lyden) il me mène

Pour y refaire mon âme

Il me guide par les Justes chemins (surrénales)

Pour l’amour de son nom.

Passerai-je un ravin de Ténèbres (thymus)

Je ne crains aucun mal.

Près de moi ton bâton,  ta houlette

Sont là qui me consolent.

Devant moi tu installes une Table (thyroïde)

Face à mes adversaires.

D’une onction tu parfumes ma Tête (pinéale)

Et ma Coupe (pituitaire) déborde.

Grâce et bonheur m’accompagnent

Tous les jours de ma vie

Ma demeure est la maison du Seigneur

Pour la longueur des jours.

Les exercices du souffle et les centres glandulaires

Ces exercices sont excellents. Cependant, ils demandent, avant d’être pratiqués, une préparation spéciale. C’est-à-dire que la personne qui les pratique doit avoir une parfaite compréhension de ce qu’elle est en train de faire et de ce qui se passe dans son corps quand elle pratique ces exercices.

Le souffle étant la base de l’activité de tout organisme vivant, de tels exercices peuvent être soit bénéfiques, soit destructeurs, dans leur effet sur un corps humain (…). Car, dans le corps physique, il existe des énergies qui, à certaines périodes d’activité, peuvent être extrêmement actives. Il faut donc en prendre conscience, par un travail mental qui doit s’exercer à observer la manière dont on dirige la respiration.

Cellules de Leydig

Cellules de Leydig

Car, dans l’organisme, existe un centre glandulaire dans lequel s’exprime l’âme, à partir duquel elle manifeste son activité créatrice : il s’agit des cellules de Leydig. Lorsqu’on pratique le travail du souffle, cette activité augmente, et, en se propageant le long de la voie qu’elle a suivie lors de la période embryonnaire – après la conception -, elle parvient jusqu’aux sept centres glandulaires du corps qu’elle ouvre, leur permettant d’irradier en dynamisant ainsi les organes du corps.

Cette voie permet d’utiliser utilement ces énergies, mais à certaines périodes, et dans certaines conditions spécifiques seulement, et par ceux qui l’ont apprise, c’est-à-dire par ceux qui, à travers leur expérience, ont trouvé que c’était une clé – mais certains peuvent le faire, et d’autres ne doivent pas le faire. C’est selon que la personne, avec son corps, a reçu une préparation qu’elle peut utiliser ou non cette possibilité, cette expression des énergies du corps physique.

Au fur et à mesure que remonte cette énergie vitale, elle progresse d’abord à partir des cellules de Leydig en passant par les surrénales, puis, dans ce que l’on peut appeler une ascension vers le haut, elle monte en direction de la glande pinéale vers les centres glandulaires qui contrôlent les émotions, les réflexes, utilisant l’énergie nerveuse du corps.

Ce faisant, l’entité qui pratique ces exercices se met en conjonction, ou en contact, avec le Tout. Car ces exercices ont pour effet de relâcher la conscience du corps physique pour le dissoudre dans la Conscience Universelle. Et si l’on se laisse aller, sans le contrôler, sans le maîtriser, dans cet état de perception de la Conscience Universelle, cela peut devenir très dangereux.

Il faut savoir, sentir, comprendre, vers qui ou vers quoi l’on va dans cet état, lorsque la conscience du moi profond a été débridée et que l’ego réel a été autorisé à se donner libre cours; c’est-à-dire à planer dans la Conscience Universelle, comme le fait ici, par exemple, Edgar Cayce, à travers lequel est donné cet enseignement.

 (…) Ainsi, vers qui, ou vers quoi, l’entité veut-elle aller lorsqu’elle se livre à de telles expériences?

Relâcher les limites de la conscience du corps physique sans une direction, un guide, peut devenir très dangereux. Et surtout, ne laissez pas cette direction à une entité parasite. Mais plutôt, entourez votre Moi de la Conscience Universelle du Christ pour qu’Il dirige cette énergie qui a été donnée. (Lecture 2475-1)

 

La force d'un groupe thérapeutique

Thérapie de groupeLorsque deux ou trois sont réunis en mon nom, Je suis au milieu d’eux. Ces mots furent prononcés par la Vie, la Lumière, l’Immortalité, et sont fondés sur une loi. Car l’union ne fait-elle pas la force ? Et pourquoi? Parce que l’unité de buts, de désirs, dynamise les énergies qui résident à l’intérieur du corps, et les met en mouvement. La diversité des idées peut engendrer la confusion, mais les lignes de force regroupées sur une personne sont de nature à augmenter l’efficacité et l’influence de cette loi universelle qui produit la guérison. (Lecture 281-24)

Si un groupe peut accélérer les vibrations atomiques qui créent les énergies positives – lesquelles sont les énergies divines en action sur le plan de la matière – le groupe peut aussi briser les forces destructives en élevant les vibrations en question. C’est cela la matière, voyez-vous ?

Ce processus se fait grâce aux Forces Créatrices, qui sont Dieu dans sa manifestation. (Lecture 283-3)

 

Synthèse du processus de guérison (selon Cayce)

Cayce parle rarement des chakras, qui sont des antennes d'énergie situées dans le corps subtil. Il parle plutôt des centres glandulaires du corps physique. Mais les chakras sont reliés à ces centres comme l'âme est reliée au corps.

 

Extrait du Site BUA: Sylvie Savard

Selon Cayce, l’âme s’exprime dans et crée la vie par le 2e centre glandulaire Lyden (ou Leydig). Lorsqu’on communique des énergies de guérison à un patient, l’énergie vitale (kundalini) pénètre donc en lui par les cellules de Lyden puis ouvre les autres glandes endocrines (surrénales, thymus, thyroïde, pinéale et pituitaire). Cette dernière, le 3e œil, ouverte et stimulée par l’énergie va, par rétroaction, stimuler tous les autres centres, qui, à leur tour, vont contrôler les activités de tous les systèmes vitaux (nerveux, circulatoire, immunitaire, lymphatique, etc.) pour harmoniser les fonctions du corps physique. Donc quand nous travaillons énergétiquement sur un organe spécifique (poumon, foie, etc.), l’énergie vitale (la kundalini qui provient du chakra de base) monte parallèlement dans le corps à travers les centres glandulaires. Cela pourrait peut-être expliquer la présence des autres vibrations (couleurs) perçues par un médium pendant un traitement.

 

Posted in Mars 2018 - Guérir.

2 Comments

  1. Pour Murielle Larouche
    Merci de ton beau texte je trouve cela inspirant de savoir qu’Edgar Cayce travaillait sur les glandes. J’ai appris des choses et merci d’avoir pris le temps d’écrire sur le sujet. À bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *